Zenka floW

L3arbé & Muslim face à face avec le micro dans le studio
L3arbé & Muslim face à face avec le micro dans le studio

Zanka Flow, la voix des opprimés de tanger

Muslim, leader du groupe tangérois croit qu'il a atteint son rêve mais il ne peut pas encore faire de sa musique son moyen de subsister. C’est parce que le Hip Hop est un mélange interculturel, parce que le HipHop est assez Africain et aussi parce que Tanger est un mélange des deux, c'est normal que dans les rues sans arbres, où le désarroi et l'humidité font loi, puisse naîtrent d'autres formes de protestation, plus en accord avec les brises de la globalisation qui soufflent lentement dans ce coin du monde. C'était durant les années 90 quand un jeune Tangérois du quartier "Jamaa", commence a s'intéresser aux rythmes et au HipHop américain. "Je ne comprenais que dalle, mais j'avais l'intuition que cette musique dénonçait les injustices sociales et défendait les classes les plus défavorisées" disait Muslim. Mais à Tanger y'avais pas des gangs qui prêchaient violence et brutalité, ni de gangsters au style américains, ni de charmantes top modèles semblables a celles des vidéo clips de MTV ! Par contre il y avait beaucoup de corruption, des mafias de trafic de drogues et des milliers de subsahariens qui vagabondaient les rues, visages tournés vers l'autre rive. Il était précisément des nigériens qui ont initié Muslim aux techniques d'enregistrement, et les rythmes utilisés dans cette passion qui fait fureur parmi les adolescents marocains, et ce grâce a l'émergence de plusieurs groupes dans les villes de Tanger, Méknes, Kenitra, Casablanca et Marrakech. « Quand on m'a proposé de commencer a chanter avec eux, c'était impensable, Jamais je n'aurai imaginé qu'on pourrait faire du rap en arabe, je pensait que c'était une sottise » déclare Muslim avec beaucoup d'humilité. Les absences, l'incompréhension, la timidité et le marché inhospitalier de la musique n'ont pas arrêté ce jeune chanteur, qui sort aux rues de Tanger à la recherche de l'inspiration et d'autres aventuriers qui relatent les galères de la ville, les cauchemars des pauvres et les chroniques de la villes ankylosée entre l'enclume de l'oublie officiel et du marteau des drogues. "C'était une recherche très hardue, mais ça valait le coup. « J'ai rencontré Larbi qui partageait la même passions pour le HipHop » raconte Muslim. Avec le peu de moyen pour arriver à leurs but, les deux rappeurs ont dû user de leurs ingéniosité pour acheter du matériel d'enregistrement et reproduction. "J'ai du vendre des colombes que j'élevais dans la maison, et travailler dans la fonderie pour acheter un ordinateur que je ne savais pas utiliser" disait Muslim sardoniquement. A ce jour, Muslim est un chanteur compositeur, travaille minutieusement avec son collègue, les mélodies des chansons. Ces chansons deviennent une critique très acide contre tout type d'abus. "Il est évident que ce que je chante, n'est que fiction, mes personnages ne sont pas réels, c'est aussi vrai que la vie de tous les jours et mon milieu social sont une précieuse source d'inspiration" dit Muslim. Mohamed, crois qu'il a réussi à atteindre son objectif, mais regrette amèrement, qu'il ne puisse pas vivre de sa musique. "on est arrivé à remplir la salle de concert lors de notre dernier concert à Tanger, nos albums se vendent assez bien, seulement nous voulons être moins boycotter, et que notre art soit reconnue". (Source: Numéro du 31 août de "El faro de ceuta" Journal quotidien de sebta)

l3arbee

Après ses solos 7arb Rap et surtout L3a9rab très apprécié par le public, L3arbé, MC de Zanka Flow & membre du Crew kachela nous présente L'Mart, pure revendication et description de son état d'âme. Ce rappeur mystérieux qui apparaît rarement sur la scène, qui est peu bavard, préfère travailler dans l'ombre et économiser tous ses énergies et ses mots pour des lyrics qui touchent au plus profonds du public.
Fils unique, il perd son père à 14ans, en 2004 il devient un vrai orphelin (sa mère est décédée juste après la sortie de l'album Jebha), sa personnalité a été forgé dans l'un des plus obscur quartier de Tanger (Dradeb), il représente la vrai vie des Znaki d Tanja, 100% seul, 100%zankawi, 100%under, la kachela est devenu sa famille, ses amis, bref sa vie. Immergé dans un milieu défavorisé, avec la drogue comme seule issue pour soulager ses peines, c'est grâce au rap, sans seul passe temps qu'il réussi à sortir de l'infernal labyrinthe des stupéfiants.

A travers L'Mart, L3arbé nous décrit son quotidien, sa souffrance, l'indifférence des gens, la 7agra (mot du dialecte marocain sans synonymes dans les autres langues) du makhzen, ceux qui l'ont trahi, ceux qui lui tournent le dos, ceux qui le jugent sans le connaître. Il revendique son droit d'avoir une paix intérieur, un travail sans être pistonné, d'être traité comme les autres, il accuse l'Etat, le makhzen, la politique de Zerwata.
Le cas de L3arbé est peut-être un cas unique dans le rap marocain, mais la société marocaine est gorgée de L3arbé's. Ses jeunes qui vivent vraiment sous le sol, sans ressources, sans familles, avec seul refuge : la rue, les drogues, la délinquance et la prison au meilleurs des cas !!
Sur un instrumentale du compositeur de Kachela Vyryl complètement hardcore avec seulement des beats et des basses, les lyrics de L3arbé représentent le cri de la jeunesse marocaine défavorisé, une jeunesse de la classe dite « taba9a cha3bia » à qui on ne veux pas accorder l'occasion de prouver tous ce qu'elle est capable d'offrir a son pays.Pour conclure, bravo L3arbé, et espérons qu'on te donne la valeur que t'a tantôt méritée.

moujrim

L'opération « Spécial Mc's » a commencé !!! première invité : Mojrim, qui nous accorde cette interview afin d'expliquer que c'est à partir de ses expériences, plus mauvaises que bonnes, qu'il a commencé à faire du rap, qu'il a choisi son Pseudo et son style.Ses débuts remontent à l'époque où le Hip-hop prenait de l'ampleur au Détroit, vu qu'il habitait la même zone que Muslim, L3arbee & CO. Connu sous le nom de Serial Killer, il écrivait les lyrics et faisait les répétitions avec les autres. Mais pendant les années qui suivaient, après l'apparition de ZankaFLow, Islamic-Gun, O-din, La-N et 3rab Souljas, Mojrim n'a montrait aucun signe de vie sur la scène du rap marocain. Normal, puisque la vie du BaD-Boy de Kachela était bouleversée, il s'est introduit, illégalement, dans le territoire espagnol, « Hreg bel3arbia », il y est resté pendant 5ans. Après son retour, il a mené une vie des gangsters à la marocaine, ses traces et cicatrices sur son corps en témoignent. Inculpé aussi dans un procès judiciaire, il sera condamné à une peine de prison.

Malgré toutes ces contraintes, Moj n'a jamais laissé tomber le Rap, il composait, écrivait et chantait. Une fois de retour au pays, il s'est servi des connaissances et astuces qu'il a recueilli en fréquentant les rappeurs d'outre-mer afin d'améliorer son niveau. ZankaFLow avait atteint un niveau vraiment haut, la Kachela venait d'être créée et Mojrim, comme ancien combattan
t de la scène, l'a intégrée.

Pour ce qui est de l'Underground et tous ce qui va avec, Mojrim précise que, vu sa situation personnelle, il ne peu rien chanter d'autre : « tous ce que j'ai vécu jusqu'à présent, était entouré de malheurs, je ne vois pas devant moi ni des belles nanas, ni des histoires d'amour de Antar et Abla, je vois la pauvreté, les insjutices, les jeunes qui se droguent, qui s'entre-tuent et qui gâchent leur avenir, je ne peux pas laisser ces sujets là et chanter des thèmes qu'on ne vit pas chaque jour. »

Mojrim pense que sur la scène actuelle du rap marocain, tout le monde veut s'faire de la thune, c'est pour ça que la plupart optent pour un style qui peut facilement se commercialiser, ce qui donne naissance à des zones spécifiques à un style, des villes entières qui se tournent vers un style déterminé.

Dans cette interview, Moj nous promet des projets avec Kachela, et réplique à ceux qui disent que la Kachela n'est plus un clan : c'est des enragés et des jaloux, qui aimeraient bien voir la Kachela morte un jour, ils peuvent rêver s'ils veulent.. 9achla Lyed fel yed mafiha fra9...Morale à tirer de l'histoire, chacun de nous peut se tromper dans la vie, choisir le mauvais chemin, mais, il ne faux jamais perdre espoir. La porte du bien est toujours ouverte pour celui qui veut y entrer, avec le Rap comme instrument de correction, comme philosophie, on pourra faire surface vite.

Enfin, remercions l'équipe de réalisation du projet « Spécial MC's », l'opération qui pulvérisera la distance entre le public et Kachela, le Crew Tangérois ne comporte pas seulement des MC'S, mais aussi des graphistes, photographes (Graphe$ou$ et 7mido), un chroniqueur (BLoODyEviL,) et le Manager ThuGFaCe. Il y'a aussi un grand nombre de membres qui travaillent dans l'ombre, leur seul objectif c'est pousser le mouvement HH Marruecos en avant.


Yali b9ite f kerchek 3ayche 9 chehour
Yali bach t7ali leyami ch7al chrabti lmor
Yali ressmti 3la wejhi de7ka mli bkit m9hour
Yali kol madlamet 3lia donia konti nour
3lik nekteb stour we stour walaw mdadi b7our
Mayekfa
7ite kan ba9i bekri mli lwalid tewefa
Banet tri9 chouk hazitini o stamti bel7fa
T7aditi zeman wel3dyan weli yetchefa
Ta9alti lekfa
Wa9aftini mli kont mo9id belwa9fa
7arertini mli kont mo9id nmchi 7or
Web9ite nmshi w ndour wet9oli kemel
Wenzid nemshi wendour o fik net2amel
Sob7an li je3elek yemma
Ida jite ne3tik wasf wasefek 3omro tessma
Ida jite n3abar nlakhass 3ajzi f kelma
Jazil chokr l2a3dam mar2a fel kawn : Yemma


Refrain :

Yemma
3lik nekteb stour b mou3i
9belma
Ri7 yeheb o yetfi chmou3
yemma
sema7li 7ite 3ad se7ite
lyouma
sema7li 7ite 3ad welite


refrain *2

lyouma 6 o alfayen 25 senat
mshit f teri9 mashi f7al li konti tetmna
d3itili b tawfi9 bach 9dat newssal n hna
khalitini n7a9a9 7olmi 7olmek yetssena
7olmi 7elemto n rassi
7olmek nbni sassi
7olmi baghi nkoun
7olmek baghiani nkoun
9ebel mayefra9na moul lkoun
Sa3a chkoun
Chkoun yetmenali
Chkoun yesshar lyali
Yetna rjou3i
Lyouma n9olek sma7li w3la khadi tjri dmou3i
9albi tayr bin dlou3i
3lik yghani
Sema7li 7ite mshit m3a zanka we feni
Sma7li 7ite ma9dartchi nkoun kif 9albek metmeni
Sma7li 7ite 3ad se7ite
Sma7li 7ite mshit welyouma welite
Wem3aya sas l7olm 7olmek o 7olm ay 2om
7ite l2om sahla ghire bel fom


Refrain :

Yemma
3lik nekteb stour b mou3i
9belma
Ri7 yeheb o yetfi chmou3
yemma
sema7li 7ite 3ad se7ite
lyouma
sema7li 7ite 3ad welite


refrain *2

Khali rassek merfou3 7ite weldek jayeb le3ez
MusLim
Kelma 9loub drari biha thaaz
Jerit f dem drari
we drari jraw f demi
m s l m wel3alam ye39al issmi
welite me7boub fel9loub
welite metbou3 metloub
nass baghiyini nekemel
o nass baghini ntoub
nass chayfin feni fen o nass chayfino dnoub
nass teftech 3la sa7 o nass teftech 3la le3youb
bghaw yefehmo 7yati y7alo kol star mektoub
fehmo li 9edro yefhmo zado men 3andom kdoub
o mayhemnich a yemma 7ite li fehmoni ketro
o matebkich a yemma ida 3edyani ghedro
7itach 3arfeni rajel o f wejhi ga3 ma9edro
Muslim lhiba f 7yato wela f 9abro


Refrain :

Yemma
3lik nekteb stour b mou3i
9belma
Ri7 yeheb o yetfi chmou3
yemma
sema7li 7ite 3ad se7ite
lyouma
sema7li 7ite 3ad welite